samedi 6 décembre 2014

La touche 3 du téléphone

  Elle ne se souvenait plus sur quelle touche elle avait appuyé, ni qui elle avait appelé ce soir-là. La touche 1, c'était ses parents. La 2, c’était son frère (son demi-frère en fait, mais quand on n'est que deux pour faire une famille, on évite de compter à moitié). La 3, c’était lui, mais cette touche-là n'avait jamais servi. La 4, c'était son boulot. Elle n'avait pas appuyé sur la touche 4, ça elle en était certaine. Mais elle ne savait plus du tout chez qui le téléphone avait bien pu sonner cette nuit-là. Après que ça... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 09:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 26 mai 2014

Le parfum de ta peau lorsque tu n'en mets pas...

  "Tu as oublié ton écharpe chez moi. Elle a l'odeur de ton cou, lorsque tu te parfumes. Et aussi le parfum de ta peau lorsque tu n'en mets pas..."  
Posté par ka li la à 21:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 24 septembre 2013

Aimer comme un gamin à un âge où l'on n'en est plus un...

      Ce matin-là, elle traînait son spleen, évitant tant bien que mal les déjections canines. Elle stagnait sur un trottoir trop étroit et trépignait en essayant de dépasser un petit vieux maladroit. Un petit vieux à chapeau qui prenait toute la place et qui n'avançait pas. Un petit vieux et elle, sur un trottoir qui n'était pas fait pour y tenir à deux à la fois.   Un téléphone sonna. Une mélodie has been s'échappait d'un veston qui l'était plus encore. - Oh non, pensa-t-elle. S'il décroche, il va... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 18:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 2 août 2013

Partir, c'est mourir un peu...

(image Sylvain Lang)   Elle était là sur le trottoir, assise sur le vieux fauteuil rouge. Elle avait un enfant dans le ventre et un autre sur les genoux. Le vieux fauteuil déglingué avait été posé là, au milieu des cartons, au milieu de leur foutoir qui rentrait tant bien que mal dans un camion qu'ils auraient voulu moins petit. Il avait été posé là, et elle s'était posée dessus. C'était à peu près la seule chose logique, à cet instant. Le camion se remplissait, la maison se vidait, et c'était comme si plus rien ne leur... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 30 juin 2013

On a deux vies...

  Il lui avait dit "grimpe là-haut et tu verras", sans pour autant lui dire ce qu'il verrait là-bas... Et c'est ainsi qu'il s'était retrouvé sur un chemin de terre dont il ne savait pas encore où il le mènerait, et qu'il ne s'était décidé à arpenter qu'à contre-coeur pressentant sans doute qu'il serait son fil à retrordre.   Déjà il regrettait. Il regrettait ce qu'il laissait derrière lui, ce qui devenait de plus en plus petit à chaque pas qu'il posait devant le précédent. Chaque pas qu'il faisait, il le regrettait. Et... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 13:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 7 mars 2013

10 minutes, ou 15, ou 20.

  Il arriva avec 10 minutes de retard. Et, comme il ne manquait jamais une occasion de remarquer les retards des autres, il le savait très bien, que là, il était en retard. Et de 10 minutes précisémment, même ça il le savait. Même les minutes, il les avait comptées. Alors, il se lança dans l'explication (peut-être vraie) du pourquoi et du comment il avait été mis en retard. Car, tout ça n'était pas délibéré de sa part. Il ne saurait se permettre ce genre de liberté, les autres oui, car les autres n'ont pas le respect. Les... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 18:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 14 février 2013

J'ai gagné en lumière, qu'elle disait sans tout à fait se rendre compte à quel point c'était vrai...

  "J'ai gagné en lumière". Depuis quelques temps, elle le répétait souvent, j'ai gagné en lumière. Elle parlait de son nouvel appartement qui avait deux baies en façade. Et ça en faisait de la lumière, tout ce soleil. Surtout le matin. Elle parlait de ses horaires. Une demi-heure plus tôt, elle finissait. Une demi-heure qu'elle avait gagné sur la nuit. Et ça se voyait. Surtout l'hiver. Au final, elle avait tout décalé. Tout recalé aussi. J'ai gagné en lumière, qu'elle disait sans tout à fait se rendre compte à quel point... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 19:36 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
samedi 26 janvier 2013

Et de l'amitié, oserai-je t'en parler ?

      "[...] - ça te dirait de venir boire un verre, ou un truc dans le genre ?  - En fait, je crois que je ne suis pas prêt... pour un verre. Ou pour un truc dans le genre. J'crois que j'suis pas prêt pour tout ça. Encore une fois. J'suis pas prêt à laisser une fille me sourire, à la suivre, peu importe où. A me réjouir qu'elle se soit épilé les jambes. J'suis pas prêt à laisser une fille se faire jolie pour moi, j'suis pas prêt à trouver qui que ce soit de joli en fait. Pas prêt du tout... Je ne veux pas... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 16:21 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 2 septembre 2012

"Je n'en suis pas très sûre, mais je crois bien que le tilleul est parmi mes arbres préférés"

  Dans les années '80, il y avait une école tout au bout d'un chemin qui bordait de grands champs. Il y avait des gamins qui, par petits groupes, s'y rendaient chaque matin. Par petits groupes, parce que c'était la règle : pas de tout-petit sans au moins un très grand pour lui tenir la main. Dans les années '80, il y avait une école. Ou plutôt deux. On ne sortait de la première que si l'on savait suffisamment bien lire et écrire pour pouvoir entrer dans la seconde. Pas vraiment de niveaux, pas vraiment de différences à part... [Lire la suite]
Posté par ka li la à 10:27 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,